Plouguerneau d’hier et d’aujourd’hui

Accueil > _L’association > Plouguerneau ... Naturellement

Plouguerneau ... Naturellement

samedi 23 juillet 2011, par dominique

Plouguerneau d’hier et d’aujourd’hui est partenaire de Plouguerneau Nature Environnement et de la Médiathèque de Plouguerneau en ce qui concerne l’exposition : Plouguerneau ... Naturellement.

Voici le programme des animations de deux mois autour du patrimoine naturel plouguernéen :

Télécharger le programme au format pdf : le programme

Télécharger l’expo au format pdf : l’expo
Pour emprunter l’exposition s’adresser à l’association Plouguerneau Nature Environnement par courriel à l’adresse suivante : pne (at) laposte.net

Atelier de dessins du vendredi 5 août 2011
Ils étaient une douzaine, petits et grands, autour de Gaël Cardinal, afin d’appréhender la nature différemment. Gaël a enseigné les rudiments du dessin naturaliste à cette bande de passionnés. Tout d’abord, il faut savoir observer, apprendre à regarder, qu’il s’agisse d’une fleur ou d’un insecte. Ensuite vient l’apprentissage du coup de crayon. Celui-ci est bien plus compliqué qu’on ne peut le penser, à force de perspicacité on y arrive...
Comme le précise Gaël, dans la nature, le dessinateur est bien souvent confronté à la fugacité de l’instant. Dessiner un oiseau est bien plus long que le temps qu’il passe sur une branche, il faut réaliser un croquis en photographiant visuellement l’oiseau. C’est tout naturellement que l’on en vient à croquer un animal en trois minutes chrono. Le jeu plaît et il est à parier que bon nombre de nos naturalistes en herbe vont s’entraîner à la maison ...




Eveil de la nature le dimanche 7 août 2011 à 5 h 30
Ils sont vingt-neuf, ce dimanche matin, à avoir répondu à l’invitation d’un petit-déjeuner sur l’île Venan, face à l’île Vierge à Plouguerneau. Ce petit-déjeuner n’est en réalité qu’un prétexte à une découverte de la nature aux aurores.
Rendez-vous est donné à 5 h 30 sur le parking de Lost an Aod, les amateurs de sensations sont pris en charge par Mary, Gaël et Dominique. Le départ s’effectue dans la nuit sous un ciel partiellement étoilé, ce qui permet au groupe de se familiariser avec les rudiments de l’astronomie. Comment trouver l’étoile polaire, la grande Ourse, Cassiopée ?... Comment distinguer une planète d’une étoile ? Et les points blancs qui circulent dans le ciel... Des questions qui trouvent rapidement une réponse. Puis, c’est tout naturellement que le groupe se met en ordre de marche en direction de l’île Venan, vingt degrés à l’ouest de l’étoile du Berger.
Instinctivement les conversations se font feutrées, on essaye de faire le moins de bruit possible afin d’écouter. Et on entend, des goélands, des huîtriers-pies, les bruits insolites de l’estran. Ces bruits auxquels nous ne faisons pas toujours attention en plein jour. A l’évidence, la nuit l’estran vit !
A notre arrivée sur l’île, les lueurs commencent à poindre à l’est. C’est à pas de velours que l’on se déplace afin d’essayer d’apercevoir quelques oiseaux. Yoann est légèrement déçu de ne rien voir. Mais il est encore un petit peu trop tôt. C’est décidé, nous nous arrêtons et prenons le p’tit-dej ! Cette pause est propice à un retour dans le passé. L’île est vraisemblablement habitée depuis le néolithique, mais les conversations tourneront autour des goémoniers et d’un métier bien difficile. Nous visiterons l’endroit où se trouvaient une cabane et un four à goémon sur la partie nord-est de l’île... Pendant que les thermos s’ouvrent et que les gâteaux s’approchent des lèvres des hôtes d’un jour, un moment magique arrive par l’est. Le ciel se vêt de ses couleurs matinales, orange, rose, bleu... Un héron en profite pour se poser non loin du groupe. Yoann est aux anges. Le disque de la vie s’élève dans le ciel. Marcel nous livre le sentiment de tous : « ... que c’est bon de prendre le temps ! ». Les appareils photos et caméras sont de sortie afin de cueillir le jour présent sans se soucier du lendemain, un sacré carpe diem cher à Horace.





Nous faisons un peu de botanique, apprenons le nom des plantes : solanum, silène, criste marine, armérie maritime, pourprier des sables, salicorne... Ce moment n’est interrompu que par le passage d’oiseaux que l’on cherche à identifier, des hérons, aigrettes, courlis, huîtriers-pies...
La descente sur l’estran est le moment d’apprendre la différence entre le goémon et le fucus, d’expliquer que les algues sont comestibles. Chacun y va de sa recette !
Le retour vers Lost an Aod s’effectue par petits groupes. C’est le temps des confidences. On parle de sa région. On raconte que l’on n’avait jamais osé...
Marc aura presque le mot de la fin : « Il fallait vouloir venir de si bonne heure, nous aurions dû essayer il y a des années... ». Camille renchérit : « Et bien moi j’y étais et c’était génial »
Aujourd’hui, c’est certain la nuit ne sera plus jamais comme avant. Vous savez, cet instant où l’on ne prend jamais le temps de prendre le temps !

Découverte de la forêt le dimanche 14 août 2011 à 10 h 00.
Il était une fois... Une découverte aux accents de contes, une ballade dédicacée à quelques passionnés. C’est ce que nous a proposé Anthony Le Guen ce dimanche 14 août du côté de Loguivy à Plouguerneau. La forêt plouguernéenne ? Un lieu étrange, souvent méconnu, domaine de l’Ankou et de ses légendes, un endroit ou il ne fait pas bon de laisser un enfant seul (d’après la légende)... Et pourtant... Ce sont Gabriel, Sacha et Yoann (ils ont de 6 à 10 ans) les premiers à pénétrer le lieu convoité. Les premiers pas sont hésitants, 45 minutes pour parcourir tout juste 300 mètres. C’est que les explications d’Anthony ne font que répondre à l’abondance des questions des 21 personnes présentes.
La forêt est bien vivante. C’est un constat de néophyte. La forêt, c’est le terrain de jeu d’Eddy, non pas pour y construire des cabanes mais pour comprendre, écouter et regarder cette merveilleuse nature. Sur les traces de son grand-frère Anthony, il connaît, il fait la différence entre les différentes essences d’arbres ; chêne, châtaigner, orme, frêle, hêtre... Il connaît les fougères, le chant des oiseaux, attrape des grillons... La balade continu et l’émerveillement se lit dans les yeux de nos trois jeunes explorateurs. Dans un lavoir nous observons des gerris et autres insectes. Sasha est absorbé par ses découvertes à tel point que...
La promenade champêtre se poursuit, Anthony nous apprend à distinguer le criquet de la sauterelle, la libellule de la demoiselle. En chemin, nous avalons quelques prunes. Nous apprenons à discerner quelques champignons, russule, vesse de loup, amanite. Gabriel apprivoise son premier crapaud. Nous entendons un pic-vert, des troglodytes, une buse. Nous passons à proximité de fourmilières. Nous apprenons que les papillons sont inféodés à une plante nourricière, que si celle-ci disparaît il en sera de même pour le papillon. Ceci est vrai pour bon nombre d’espèces.
Chacun y va de son histoire, s’il ne trouve pas de charme sur notre parcours, Mathieu l’ancien maître de stage d’Anthony nous apprends que le charme d’Adam c’est d’être à poil ! Interrogation, que veut-il dire ? Cette phrase est bien connue des botanistes : elle permet, à l’aide d’homophones de différencier les feuilles du charme et de l’hêtre. Le charme a des feuilles dentelées tandis que le hêtre a des poils...
Ah cette nature toute une histoire, un éternel recommencement ! Lorsque nous devons nous quitter apparaît dans le ciel, majestueux, un faucon pèlerin à la chasse aux hirondelles. Nous restons là, à observer, Anthony nous explique... Nous avons du mal à nous quitter, le rapace est une bonne excuse pour rester. La prochaine fois, il faudra préparer un pique-nique.



Liste des observations dressée par Anthony :

Botanique :
Fougère mâle (Dryopteris mas), Fougère femelle (Dryopteris femina), Blechnum en épi (Blechnum spicant), Scolopendre (Phyllitis scolopendrium), Fougère aigle (Pteridium aquilinum), Reine des près, Epilobe hirsude, Iris faux-acore, Mille-pertuis des marais, Mille-pertuis perfolié, Chèvre-feuille, Lierre rampant, Bétoine officinale, Berce sphondyle, Ronce, Chêne pédonculé, Châtaignier, Hêtre, Aubépine monogyne, Noisetier, Ajonc d’Europe, Genêt à balai, Callune vulgaire, Bruyère cendrée, Prunier, Prunelier, Érable sycomore, Polytric commun, Saule marsault, Laurier palme, Cyprès, Pin maritime, Sureau noir, Centaurée noire, Canche flexueuse, Lentille d’eau, Liseron.

Champignon :
Russule brûlante, Amanite panthère

Insecte :
Piéride de la rave, Amaryllis, Decticelle cendrée, Grande sauterelle, Chorthippus grpe biguttulus, Criquet des pâtures, Aeschne sp., Calopteryx éclatant, Fourmi bicolore, Gyrin, Gerris, Grillon champêtre.

Oiseaux :
Pic épeiche, Pigeon ramier, Merle noir, Troglodyte mignon, Rouge-gorge familier, Hirondelle rustique, Mouette rieuse, Aigrette garzette, Buse variable, Mésange charbonnière, Mésange bleue, Pinson des arbres, Grimpereau des jardins, Faucon pèlerin.